La vie de Jésus… de l’Annonciation à son baptême…

C. Pastro © monastère Nossa Senhora da Paz 

L’Annonciation (Lc 1, 26-38)

L’Annonciation (Lc 1, 26-38)


On se met en présence du Seigneur (cf les différentes manières de le faire).


L’histoire :

26 Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,

27 à une jeune fille vierge accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph; et le nom de la jeune fille était Marie. 28 L'ange entra chez elle, et dit: «Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi.»

29 À cette parole elle fut toute bouleversée et elle se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation.

30 L’ange lui dit alors: «Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. 31 Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils; tu lui donneras le nom de Jésus. 32 Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père; 33 il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin.»

34 Marie dit à l’ange: «Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme?»

35 L’ange lui répondit: «L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.

36 Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. 37 Car rien n’est impossible à Dieu.»

38 Marie dit alors: «Voici la servante du Seigneur; que tout m’advienne selon ta parole.» Alors l’ange la quitta. (Lc 1, 26-38). 

Textes liturgiques © AELF,Paris.


Demande :

Seigneur, donne-moi de te connaître en profondeur, afin de t’aimer davantage et te suivre de tout mon cœur.


Contemplation :

    v. 35 Dieu choisit des «petits» pour faire naître son Fils.

Reconstituer l’histoire dans ses grandes lignes avec les enfants. Marie est une jeune fille comme les autres, inconnue à l’époque. Où habite-t-elle ? à Nazareth en Galilée. Ce n’est pas du tout un lieu célèbre, et la Galilée se situe dans un petit pays qui s’appelle la Palestine… Marie appartient au peuple juif. Est-ce un grand peuple connu et puissant ? Non… Dieu a choisi depuis des milliers d’années un tout petit peuple pour une mission particulière : sauver l’humanité toute entière. Il leur avait promis de faire naître un Sauveur. Et maintenant, le moment est venu d’accomplir sa promesse, il décide de se faire lui-même homme, d’avoir un Fils qui sera à la fois Dieu et homme mais pour qu’il soit vraiment homme, il faut qu’il naisse comme les autres hommes, c’est-à-dire par une femme… et pour cela il choisit une jeune fille inconnue dans un tout petit village, une fille toute modeste, toute humble, toute petite intérieurement mais qui l’aime beaucoup. C’est Marie. Il ne veut pas que son Fils naisse dans des palaces, chez des gens très riches, très puissants, arrogants. Il préfère des gens tout simples, modestes, humbles dans un tout petit village. Dieu aime beaucoup les petits, ceux qui se font petits.


Nous allons fermer les yeux et imaginer le petit village de Nazareth et dans ce village la maison de Marie… à quoi ressemble-t-elle ? et Marie, comment est-elle ?


    v. 28-38 La rencontre entre l’Ange et Marie… surprise… lumière… douceur…

Donc Dieu a choisi la petite Marie dans son petit village. Il le lui fait savoir en envoyant un ange qui entre dans sa maison. Que faisait Marie à votre avis quand l’ange est apparu ? (plusieurs réponses possibles…) Qu’est-ce que Marie a pu penser et ressentir en voyant l’ange ? Surprise, peut-être un peu de peur, de difficulté à croire. C’est pour cela que l’ange dit pour la rassurer «Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.» Il lui dit de ne pas avoir peur, que Dieu l’a choisie elle, parce qu’il sait qu’elle l’aime beaucoup et il a confiance en elle pour faire naître et pour élever son fils. 


Nous allons fermer les yeux et imaginer la scène de la rencontre entre l’Ange et Marie… que faisait Marie dans sa maison quand l’ange est entré ? comment se parlent-ils ?


    v. 37 Rien n’est impossible à Dieu

Comment Jésus va-t-il être conçu dans le ventre de Marie ? Par l’action de l’Esprit Saint, c’est-à-dire l’Esprit de Dieu… c’est un grand mystère… Jésus est le seul être humain à avoir été conçu comme ça, son papa c’est Dieu directement. Joseph sera son papa adoptif, celui qui l’aidera à grandir. Donc Jésus va naître comme les autres êtres humains, en bébé, il n’apparaît pas comme ça subitement quelque part déjà adulte, mais sa conception est exceptionnelle. 

Est-ce que Marie est d’accord pour avoir un enfant dans ces conditions ? Oui, elle dit : «Voici la servante du Seigneur; que tout m’advienne selon ta parole.» C’est-à-dire qu’elle accepte de servir Dieu de la manière dont Dieu le veut, même si c’est quelque chose d’extraordinaire, de difficile à imaginer, elle croit que c’est possible et elle le veut… elle a compris que c’est elle qui allait donner naissance au Sauveur que Dieu avait promis à son peuple. Imaginez sa joie ! Elle a été choisie elle, si petite, si simple, pour être la maman de celui qui allait sauver son peuple !


Nous allons fermer les yeux et imaginer Marie chez elle, enceinte grâce à l’intervention de Dieu qui est tout-puissant… imagine-la avec son ventre qui commence à s’arrondir… imagine sa joie immense… imagine son cœur empli de joie et de gratitude à l’égard de Dieu maître de la vie.


Colloque

Allons sur le tapis, la terre sacrée, tout près de Dieu, pour le rencontrer dans le silence. Imagine que tu entres dans la maison de Marie après le départ de l’ange… Marie est devant toi, toute resplendissante, toute heureuse… elle veut te faire partager sa joie et sa gratitude à l’égard de Dieu… elle te raconte ce qui s’est passé et t’invite à poser tes mains sur son ventre pour essayer de sentir le petit Jésus… vas-y, pose les mains sur son ventre et dis quelque chose dans ton cœur à Marie… au petit bébé Jésus encore tout minuscule… dis quelque chose à Dieu qui a fait quelque chose de si extraordinaire… si tu as quelque chose de particulier à lui dire, dans la profondeur de ton cœur, en secret, dis-lui, il t’écoute. 


Terminer par le Notre Père.

_______________________________________________________________________________________

En fonction des besoins, on peut éventuellement évoquer aussi la conception d’Elisabeth en veillant toutefois  à ne pas submerger les enfants d’informations.


Idées : on peut consulter sur le même thème le site des Dominicains pour les enfants : Théobule. https://www.theobule.org/video/l-annonciation-lc-1-26-38/351

C. Pastro © monastère Nossa Senhora da Paz 

La Visitation (Lc 1, 39-49)

La Visitation (Lc 1, 39-49)


On se met en présence du Seigneur (cf les différentes manières de le faire).


L’histoire :

39 En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.

40 Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. 41 Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, 42 et s’écria d’une voix forte: «Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. 43 D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi? 44 Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. 45 Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur.» 

46 Marie dit alors: «Mon âme exalte le Seigneur,

47 exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur!

48 Il s’est penché sur son humble servante; désormais tous les âges me diront bienheureuse. 49 Le Puissant fit pour moi des merveilles; Saint est son nom ! (Lc 1, 39-49). Textes liturgiques © AELF,Paris.




Demande :

Seigneur, donne-moi de te connaître en profondeur, afin de t’aimer davantage et te suivre de tout mon cœur.


Contemplation :

    Dieu, maître de la vie, à qui rien n’est impossible.

On commence, pour situer la scène, par reprendre la dernière partie de la fiche sur l’Annonciation.

Comment Jésus est-il conçu dans le ventre de Marie ? Par l’action de l’Esprit Saint, c’est-à-dire l’Esprit de Dieu… c’est un grand mystère… Jésus est le seul être humain à avoir été conçu comme ça, son papa c’est Dieu directement. Joseph sera son papa adoptif, celui qui l’aidera à grandir. Donc Jésus va naître comme les autres êtres humains, en bébé, il n’apparaît pas comme ça subitement quelque part déjà adulte, mais sa conception est exceptionnelle. Il y a une autre conception un peu hors du commun ici, celle d’Elisabeth, parente de Marie, est-ce que vous vous souvenez pourquoi ? Elle est âgée, tout le monde disait qu’elle était stérile, qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfant et voilà que par l’intervention de Dieu, elle aussi attend un enfant qui, lui, est conçu de son papa terrestre, Zacharie, (ce n’est pas comme Jésus), mais on peut parler de miracle quand même parce que Elisabeth et Zacharie allaient mourir sans avoir eu d’enfant, or ils vont en avoir un qui s’appellera Jean. Ils avaient beaucoup prié pour cela et ont dû attendre très longtemps, mais Dieu a entendu leur prière et leur donne un fils dans leur vieillesse. Qu’est-ce qu’ils ressentent à votre avis ? Ils sont très heureux et très reconnaissants à Dieu. Tout cela peut se produire parce que «rien n’est impossible à Dieu», parce que c’est lui le maître de la vie… il est capable de faire naître la vie quand pour les hommes c’est impossible et il pense au bien et au bonheur de tous.s

Nous allons fermer les yeux et imaginer le petit Jésus et le petit Jean dans le ventre de leurs mamans et la joie énorme de Marie et Elisabeth parce que Dieu s’est penché sur elles, il a vu leur grand amour pour lui et il a fait quelque chose d’extraordinaire pour elles. Il a mis la vie d’un bébé en elles, même si c’est de manière différente. Imagine les bébés dans le ventre de leur mère… imagine ce que Marie et Elisabeth, emplies de joie, disent à Dieu dans leur cœur…


    v. 40-46 La rencontre entre Marie et Elisabeth… la force et la joie de l’Esprit de Dieu

Le texte ici raconte l’histoire de la rencontre entre Marie et Elisabeth. Où se produit-elle ? Chez Zacharie et Elisabeth. Marie est allée voir sa parente, le texte dit même «avec empressement» c’est-à-dire que Marie est partie aussi vite que possible voir Elisabeth… pourquoi à votre avis ? Peut-être pour partager sa joie avec elle d’attendre le Sauveur dans son ventre… peut-être pour l’aider car Elisabeth est un peu âgée et en plus elle est déjà enceinte de 6 mois, donc ça devient peut-être un peu difficile de tout faire à la maison avec Jean dans le ventre. Marie qui cherche toujours à aider les gens, aura voulu l’aider elle aussi. Comment se passe la rencontre ? Elles se saluent et que se passe-t-il au moment de la salutation ? Le petit Jean bouge dans le ventre de sa mère parce qu’il est tout content d’entendre la voix de Marie. Est-ce qu’il a déjà vu Marie ? Non puisqu’il n’est pas encore né et pourtant on a l’impression qu’il sait que Marie est la mère du Sauveur, de Jésus. Comment c’est possible ? Sans doute parce que l’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu est déjà présent en lui, même bébé, il est déjà «prophète», c’est-à-dire qu’il reçoit l’Esprit de Dieu de manière mystérieuse et le communique autour de lui… Ici, il le communique à sa maman qui à son tour comprend elle aussi, avant que Marie ait dit quoi que ce soit, que cette dernière est la mère du Sauveur, que Jésus est déjà dans son ventre. L’Esprit Saint est passé du petit bébé Jean à sa maman. L’Esprit Saint permet de savoir avec le cœur ce que les yeux ne peuvent pas encore voir. Et Marie, est-ce qu’elle a l’Esprit Saint en elle ? Oui puisque c’est comme ça que Jésus a été conçu… donc ils tous les quatre remplis d’Esprit Saint… 

Nous allons fermer les yeux et imaginer l’Esprit Saint comme un flux de lumière, d’amour, de joie, qui circule entre eux… Imagine les deux bébés remplis de lumière, d’amour, de joie et imagine comment ce flux se diffuse à leurs mamans…. entre les mamans… entre les bébés…


    v. 46-49  La joie intense de Marie qui se met à chanter…

Quand Marie entend ce que dit sa parente à son sujet alors qu’elle n’a encore rien raconté, elle comprend l’action de l’Esprit de Dieu dans tous les cœurs et elle est encore plus heureuse. Elle donne libre cours à sa joie et qu’est-ce qu’on fait quand on est très très content ? On rit, on saute de joie, on chante, on danse… Peut-être qu’on peut imaginer que Marie fait tout cela, ce qui est sûr c’est qu’elle se met à chanter : «Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur! Il s’est penché sur son humble servante désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !…» et le chant continue… et aujourd’hui encore le chant que Marie chante à ce moment-là est chanté dans l’Eglise, plus de 2000 ans plus tard, tous les jours, notamment par les religieux et religieuses, les moines ou moniales par exemple au moment de la prière du soir qu’on appelle les «vêpres». Ils chantent exactement le même chant auquel on a donné le nom de «Magnificat». 


Nous allons fermer les yeux et imaginer la joie intense de Marie. Imagine de quelle manière sa joie déborde…. ce qu’elle fait… comment elle commence à chanter… Imagine que tu es là… que tu es envahi(e) par la même joie et que tu te mets à chanter et danser avec elle…



Colloque

Allons sur le tapis, la terre sacrée, tout près de Dieu, pour le rencontrer dans le silence. L’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu donne la vie, la connaissance par le cœur, la joie comme nous l’avons vu ici. Il donne la paix aussi. Nous allons dire à Dieu que nous voulons recevoir son Esprit nous aussi pour être emplis de vie, de connaissance, d’amour, de joie, de paix… Dis à Dieu dans le secret de ton cœur, pourquoi tu veux vraiment toi aussi recevoir son Esprit… et répète en silence dans ton cœur «Seigneur, donne-nous ton Esprit»… 


Terminer par le Notre Père.


_______________________________________________________________________________________


Idées : si on possède une version en français du Magnificat ou si on chante soi-même bien, on peut le faire écouter aux enfants…


On peut voir et écouter avec bonheur le témoignage d’un enfant à propos de cet extrait d’Évangile sur Théobule : https://www.theobule.org/video/jean-et-le-magnificat/153


C. Pastro ©  archives du monastère Nossa Senhora da Paz 

La Naissance (Lc 2, 1-7)

La Naissance de Jésus (Lc 2, 1-7)


On se met en présence du Seigneur (cf les différentes manières de le faire).


L’histoire :

1 En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre – 2 ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. – 3 Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine.

4 Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David. 5 Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte.

6 Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. 7 Et elle mit au monde son fils premier-né; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. (Lc 2, 1-7) Textes liturgiques © AELF,Paris.



Demande :

Seigneur, donne-moi de te connaître en profondeur, afin de t’aimer davantage et te suivre de tout mon cœur.


Contemplation :

    v. 1-5 L’imprévu du voyage à Bethléem

Comme vous savez Marie est enceinte de Jésus, par l’action de l’Esprit et elle vit à Nazareth avec son mari qui s’appelle ? … Joseph. Or que se passe-t-il dans ce texte ? Joseph et Marie sont obligés de partir de Nazareth pour aller à Bethléem pour se faire recenser. Savez-vous ce qu’est un recensement ? On en fait parfois encore aujourd’hui, en France par exemple… c’est quand les autorités veulent savoir exactement combien il y a de personnes dans le pays. Ici, dans le texte, ce sont les autorités romaines qui occupent la Palestine qui ordonnent ce recensement et il y a une règle qui est que les gens doivent retourner dans leur ville d’origine. Où Joseph doit-il retourner ? À Bethléem parce qu’il est de la lignée de David, c’est-à-dire, un descendant très lointain du roi David qui a été un grand roi pour le peuple juif plusieurs siècles avant. Donc Joseph doit partir avec Marie pour se faire recenser à Bethléem. 

Il y a environ 100 km entre Nazareth et Bethléem, c’est la distance entre ici et…. (donner un lieu connu des enfants pour qu’ils se rendent mieux compte). À votre avis, comment vont-ils voyager tous les deux ? Sans doute à pied avec un âne… Marie attend Jésus qui est sur le point de naître, donc elle ne peut pas marcher, elle est très certainement sur un âne avec leurs affaires et sans doute que Joseph guide l’âne. Ça doit vraiment être un voyage pénible pour elle. Ils vont sans doute mettre environ 3 jours pour atteindre Bethléem. 

Mais comme Marie a dans son ventre le Fils de Dieu, sans que personne ne le sache, Dieu ne va pas les abandonner, c’est sûr. 

Nous allons fermer les yeux et imaginer le voyage de Joseph, Marie avec Jésus dans son ventre… imagine le chemin… comment est-il ? et l’âne qui porte Marie ? que ressentent Marie et Joseph dans leur cœur ?…  Imagine comment Dieu le Père regarde avec attention leur voyage et veille sur eux pour qu’ils soient protégés… Imagine que tu les accompagnes… qu’est-ce que tu peux faire pour les aider ?


    v. 6-7 La naissance dans des conditions particulières.

Ils arrivent enfin à Bethléem et là que se passe-t-il ? Il n’y a pas d’hébergement pour eux.. quelqu’un sans doute leur parle d’un abri pour les animaux un peu à l’écart et c’est là que Jésus va naître. À ton avis que ressentent-ils de voir qu’il n’y a pas de place pour eux nulle part et qu’ils sont obligés de dormir dans un abri pour animaux ? peut-être qu’ils sont déçus, tristes, inquiets, mécontents ou peut-être qu’ils sont quand même contents d’avoir un toit ? 

Et où Marie couche-t-elle le petit bébé Jésus qui vient de naître ? dans une mangeoire… là où on met la nourriture pour les animaux normalement. Peut-être que Dieu le Père veut donner des messages à travers ce qui leur arrive ? Réfléchissons… Jésus au lieu de naître dans sa maison à Nazareth naît à Bethléem, dans un pauvre abri et il est couché dans une mangeoire… peut-être que Dieu veut signifier que son Fils est comme les gens les plus pauvres qui n’ont pas vraiment de maison, qu’il n’a aucun privilège même s’il est Fils de Dieu et qu’il va vivre vraiment comme tous les autres hommes, surtout comme les plus pauvres; que son Fils va devenir la nourriture des hommes, qu’un jour on le mangera… quand est-ce qu’on mange Jésus ? dans l’eucharistie, quand on communie, Jésus est présent dans l’hostie, le pain… En plus, Bethléem, dans la langue de Jésus, ça veut dire «maison du pain» comme si déjà était annoncé le fait que Jésus allait devenir notre pain ! 

En tout cas, Dieu fait tout pour que le petit Jésus naisse entouré de ce dont il a besoin : la chaleur de son papa Joseph et de sa maman, un berceau dans une mangeoire, peut-être qu’il y a des animaux qui sont présents, leur chaleur peut réchauffer Jésus aussi, comme un chauffage naturel… dans la crèche, qu’est-ce qu’ont met comme animaux souvent même si l’Evangile n’en parle pas ? Un bœuf et un âne… peut-être des moutons ?


Nous allons fermer les yeux et imaginer l’abri où va naître Jésus, à quoi ressemble-t-il ? Imagine le petit Jésus qui vient au monde posé dans la mangeoire… imagine que toi aussi tu es là… qu’est-ce que tu as envie de faire ? les aider ou prendre le petit Jésus dans tes bras pour lui faire un bisou ? Demande à Marie si tu peux et fais-le avec beaucoup d’amour… fais bien attention à lui, il est tout petit petit… tout fragile…



 

Colloque

Allons sur le tapis, la terre sacrée, tout près de Dieu, pour le rencontrer dans le silence. Le petit bébé Jésus est né, pas dans les conditions que ses parents avaient prévues, il y a eu beaucoup de surprises, mais il est né et il faut bien s’occuper de lui maintenant… Jésus nait aussi dans notre cœur, même si parfois les conditions ne sont pas les meilleures, il est là, bien présent dans notre cœur comme un petit bébé qui attend qu’on s’occupe de lui. Imagine ce petit bébé Jésus qui est là, dans ton cœur, penche-toi sur lui, prends-le dans tes bras et dis-lui que tu vas bien le protéger et t’occuper de lui pour qu’il grandisse bien en toi.. dis-lui en secret tout ce que tu va faire pour lui. Tu peux aussi demander en secret à Dieu le Père, à Joseph, à Marie de t’aider à bien prendre soin de ce petit Jésus en toi. 


Terminer par le Notre Père.

C. Pastro ©  archives du monastère Nossa Senhora da Paz 

Les petits bergers (Lc 2, 6-20)

La visite des petits bergers (Lc 2, 6-20)


On se met en présence du Seigneur (cf les différentes manières de le faire).


L’histoire :

6 Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. 7 Et elle mit au monde son fils premier-né; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.

8 Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux.

9 L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. 10 Alors l’ange leur dit: «Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple: 11 Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. 12 Et voici le signe qui vous est donné: vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire.»

13 Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant: 14 «Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime.» 

15 Lorsque les anges eurent quitté les bergers pour le ciel, ceux-ci se disaient entre eux: «Allons jusqu’à Bethléem pour voir ce qui est arrivé, l’événement que le Seigneur nous a fait connaître.» 16 Ils se hâtèrent d’y aller, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. 17 Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. 18 Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers.

19 Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur.

20 Les bergers repartirent; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé.  (Lc 2, 6-20) Textes liturgiques © AELF,Paris.


Demande :

Seigneur, donne-moi de te connaître en profondeur, afin de t’aimer davantage et te suivre de tout mon cœur. Donne-moi la simplicité pour m’émerveiller comme les petits bergers. 


Contemplation :

    v. 9-15 Les anges se réjouissent

Est-ce que vous vous souvenez des circonstances de la naissance de Jésus ? Jésus le Sauveur est né à Bethléem, Joseph et Marie y étaient allés pour le recensement et pour que s’accomplisse la prophétie de Michée qui disait que le Sauveur devait naître dans la ville de David. Il n’y avait pas de place pour eux dans aucune auberge et donc ils se sont réfugiés dans un abri pour animaux et c’est là que Jésus est né. Marie l’a enveloppé de langes et couché dans une mangeoire. Dieu, dans cette naissance très particulière, fait passer beaucoup de messages (Jésus est homme parmi les hommes, il va vivre comme eux, en particulier comme les plus pauvres, il va devenir le pain de vie etc…). 

Juste après sa naissance, que se passe-t-il qui est décrit ici ? Un ange apparait à des petits bergers qui gardaient des troupeaux pas très loin et il leur annonce la naissance du Sauveur. Ensuite il y a beaucoup d’anges qui apparaissent et qui chantent la louange de Dieu. Ensuite les anges disparaissent et les petits bergers courent pour voir le Sauveur, Jésus et une fois qu’ils ont vu Jésus, ils racontent à Joseph et Marie tout ce qui est arrivé d’extraordinaire et après ils font comme les anges, ils chantent les louanges de Dieu. 

Nous allons commencer par nous centrer sur les anges… à quel autre moment de l’Evangile un ange apparaît-il ? au moment de l’Annonciation, quand l’ange Gabriel annonce à Marie qu’elle va être la mère du Sauveur. Les anges sont donc comme des messagers de Dieu qui apportent des nouvelles très importantes aux hommes, surtout au sujet de la naissance de Jésus, cela prouve que c’est un évènement très important… que nous dit le texte ici au sujet des anges ? Il nous parle de la lumière du Seigneur qui accompagne le premier ange et ensuite il y a beaucoup d’anges qui louent Dieu, ils disent «Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime.» C’est quelque chose qu’on continue de dire à la messe, dans une prière qui s’appelle le Gloria ou le Gloire à Dieu. Donc ce qu’ils disent est important, ils disent que Dieu nous aime tellement qu’il a fait naitre son Fils sur terre pour nous sauver et pour ça, il faut le glorifier et le louer en chantant.

Nous allons fermer les yeux et imaginer beaucoup d’anges, des êtres de lumière qui chantent la gloire de Dieu, ils sont très heureux car c’est un très grand évènement que Jésus soit né. Imagine tous ces anges, comme ils sont beaux… imagine leur joie et écoute leur chant.


    v. 15-20 Les petits bergers courent et s’émerveillent devant Jésus

Quand les anges ont disparu, que font les petits bergers ? Ils courent voir Jésus… les bergers à l’époque de Jésus sont des gens très simples, très pauvres et ils sont les premiers à être informés de la naissance de Jésus et à avoir le privilège de le voir avec Joseph et Marie. Pourquoi à votre avis Dieu les choisit-il pour avoir ce privilège énorme ? Parce qu’ils sont simples, spontanés, parce qu’ils peuvent simplement se réjouir sans se poser trop de questions, parce qu’ils ont un bon cœur, ils ne vont pas chercher à faire de mal au petit Jésus… peut-être aussi que c’est une manière pour Dieu de dire «mon Fils vient avant tout pour vous, les petits, les plus pauvres, pour vous donner paix et joie». Et que font les bergers après avoir vu Jésus ? Ils font comme les anges : ils glorifient et louent Dieu (v. 20), sans doute qu’ils chantent comme les anges.

Nous allons imaginer que nous sommes ces petits bergers et que vite nous courrons pour voir Jésus et nous émerveiller, nous racontons toute l’histoire des anges à Joseph et Marie et ensuite nous chantons la gloire de Dieu…

Ferme les yeux… tu es un petit berger… dès que les anges ont disparu, tu cours très vite pour voir Jésus… et tu le trouves couché dans la mangeoire… regarde comme il est beau… empli de lumière… tu es tellement heureux que tu racontes tout à Joseph et Marie… et après tu repars, tout émerveillé… et tu chantes la gloire de Dieu.


 

Colloque

Allons sur le tapis, la terre sacrée, tout près de Dieu, pour le rencontrer dans le silence. C’est très beau d’être comme un petit berger, tout simple qui s’émerveille de tout ce que Dieu fait pour nous. Imagine que tu es à côté du bébé Jésus, tu le regardes et tu dis merci à Dieu le Père de nous avoir envoyé Jésus… répète dans ton cœur en silence plusieurs fois «Gloire à Dieu au plus haut des cieux…» Tu peux aussi dire à Dieu, avec tes mots, que tu as envie d’être toujours comme un petit berger, tout simple, qui court pour voir Jésus et se réjouir avec lui.


On peut faire une prière à voix haute pour rendre grâce à Dieu d’avoir fait naitre Jésus, le Sauveur. On peut aussi demander à Dieu la grâce de la simplicité et la capacité à s’émerveiller.

Terminer par le Notre Père.


_______________________________________________________________________________________


Pour aller plus loin pour les adultes : la capacité à s’émerveiller est devenu peu fréquente. Il y a pourtant, dans l’émerveillement, un trésor d’une grande beauté pour l’ensemble de notre vie spirituelle.


Je vous invite à lire un petit texte sur l’émerveillement rédigé en 2015 et publié dans la revue diocésaine du diocèse de Dax. Vous le trouverez dans la rubrique «sources» sur le site.

La vie cachée : l’enfance de Jésus (Lc 2, 39-41)

C. Pastro ©  archives du monastère Nossa Senhora da Paz 

La vie cachée : l’enfance de Jésus (Lc 2, 39-41).


On se met en présence du Seigneur (cf les différentes manières de le faire).


L’histoire :

  39 Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. 40 L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui. 41 Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. (Lc 2, 39-41) Textes liturgiques © AELF,Paris.



Demande :

Seigneur, donne-moi de te connaître en profondeur, afin de t’aimer davantage et te suivre de tout mon cœur.



Contemplation :

   v. 39-40 Jésus dans la maison de Nazareth

Est-ce que vous savez où habite Jésus ? Nazareth. Nazareth est un petit village de Galilée en Palestine où les les gens vivent humblement, du travail de leur main. Sans doute qu’ils élèvent aussi quelques animaux domestiques (poules ? moutons ? chiens ?), cultivent un jardin, des arbres fruitiers etc… comme on peut vivre à la campagne. Comment s’appellent les parents de Jésus ? Marie et Joseph (son père adoptif car son Père c’est Dieu). Quel est le métier de Joseph ? Charpentier. Donc sans doute qu’à côté de leur maison, il y a un atelier où Joseph travaille le bois. Et Marie, à votre avis, que fait-elle ? Peut-être qu’elle s’occupe des animaux, du jardin, du travail à la maison, de la cuisine, peut-être qu’elle fabrique du pain. Comme Marie est remplie d’amour, sans doute que leur maison est très accueillante, très belle tout en étant très simple. Et puis ils ont peut-être aussi avec eux ou dans le même village, de la famille, les grands-parents, des cousins car à cette époque les familles vivaient souvent ensemble au même endroit. Est-ce que vous pensez que Jésus aidait parfois ses parents ? à quoi faire par exemple ?

Nous allons fermer les yeux et imaginer la maison de Jésus… comment est-elle ? imaginons Marie qui travaille… qui fait du pain…. sentez les odeurs….et l’atelier de Joseph… où Joseph travaille le bois… là aussi ça sent bon… l’enfant Jésus est là, il a le même âge que toi… il aide Marie…qu’est-ce qu’il fait ? … Il aide Joseph…

Toi aussi tu es là, avec eux, Jésus t’invite à aider aussi Marie et Joseph… imagine ce que vous faites tous les deux ensemble pour aider Marie et Joseph…


    v. 39-40 Jésus joue avec ses amis et prend soin de ceux qui en ont besoin

À votre avis quand Jésus n’aidait pas ses parents qu’est-ce qu’il faisait ? Il jouait très certainement ! Avec ses amis, peut-être avec d’autres enfants de sa famille, des cousins, des cousines… à quoi pouvaient-ils bien jouer sachant qu’il n’y avait pas de playstation ou d’autres jeux électroniques ? sans doute qu’ils jouaient beaucoup dehors… peut-être que parmi ses amis, il y en avait qui étaient très pauvres. À votre avis que faisait Jésus avec ses amis très pauvres… peut-être aussi qu’il avait un ami avec un handicap, qui ne pouvait pas marcher ou qui ne voyait pas très bien… que pouvait faire Jésus avec lui ?

Nous allons fermer les yeux et imaginer Jésus qui joue avec tous ses amis dehors, dans la nature… à quoi jouent-ils ? Imagine Jésus et les autres en train de jouer avec leur ami qui a un handicap… imagine Jésus qui prend bien soin de tous ses amis …

Tu es là, Jésus t’invite à aller jouer avec eux… imagine ce que vous faites…



   v. 39-41 Jésus prie son Père

Joseph et Marie sont des gens religieux, qui prient et obéissent à la loi du Seigneur… c’est ce que le texte dit. Ils suivent les commandements, ils respectent le jour du sabbat, ils vont à la synagogue, ils aident les pauvres, ils prient ensemble, ils allument des bougies chez eux, ils lisent la Bible, ils chantent les psaumes etc…. Jésus apprend à faire la même chose. Et on apprend aussi dans le texte que tous les ans, ils vont à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Avec tout le peuple juif, ils remercient Dieu de les avoir libérés de l’esclavage en Egypte il y a très longtemps… 


Nous allons fermer les yeux et imaginer Jésus qui prient avec ses parents… il parle à Dieu son Père dans son cœur… qu’est-ce qu’il lui dit ?

Imagine que Jésus t’invite à prier Dieu le Père avec lui… parce que son Père du Ciel c’est aussi ton Père du Ciel à toi… Jésus est à côté de toi… tous les deux vous parlez au Père dans le secret de votre cœur…


Colloque

Allons sur le tapis, la terre sacrée, tout près de Dieu, pour le rencontrer dans le silence. Jésus enfant est là, avec toi, il a le même âge que toi, il t’invite à faire la même chose que lui. Dans le secret de ton cœur, dis-lui tout ce que tu veux bien faire avec lui…


Jésus aimait beaucoup parler à Dieu son Père qui est aussi notre Père, alors nous allons prier avec lui, à voix haute : Notre Père qui est aux cieux… (réciter le Notre Père).


C. Pastro ©  archives du monastère Nossa Senhora da Paz 

Le baptême de Jésus (Lc 3, 21-22)

Le baptême de Jésus (Lc 3, 21-22).


On se met en présence du Seigneur (cf les différentes manières de le faire).


L’histoire :

 21 Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit. 22 L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus, et il y eut une voix venant du ciel: «Toi, tu es mon Fils bien-aimé; en toi, je trouve ma joie.»(Lc 3, 21-2) Textes liturgiques © AELF, Paris.



Demande :

Seigneur, donne-moi de te connaître en profondeur, afin de t’aimer davantage et te suivre de tout mon cœur.



Contemplation :

    v. 21 Jésus a «été baptisé lui aussi»

La scène décrit ce qui se passe au moment du baptême de Jésus. Est-ce que vous savez qui baptise Jésus ? Jean dit le Baptiste (parce qu’il baptise !). Dans ce qui précède, l’Evangile nous décrit Jean qui baptise les foules dans un fleuve qui s’appelle le Jourdain en leur demandant de se convertir, de faire preuve de charité, d’amour, de paix envers les autres (partager, ne pas utiliser la violence, être honnête etc…). Tous ces actes d’amour devaient effacer les actes de non-amour (les péchés), Jean les encourageait à être bons et à se purifier dans l’eau pour montrer qu’ils voulaient bien changer de comportement. Beaucoup de monde venait à Jean pour se recevoir ce baptême de conversion, ils voulaient vraiment, dans leur cœur, devenir meilleurs. Parmi tous ces gens il y a Jésus. Est-ce que vous croyez que Jésus a vraiment besoin de ce baptême pour devenir meilleur ? Non, il est déjà tout amour, il n’y a pas de péché, de manque d’amour en lui mais il décide de faire comme les autres, d’être humble. Il veut vraiment être homme parmi les hommes, et donc, il partage la condition des gens qui veulent vraiment dans leur cœur, se convertir, il est proche d’eux… il est venu pour eux… donc lui aussi va entrer dans le fleuve pour être baptisé par Jean…

Nous allons fermer les yeux et imaginer la scène, le fleuve… Jean qui baptise… les gens très nombreux qui attendent leur tour… imagine la foule… écoute les bruits, les paroles, qu’est-ce qu’ils disent tous ces gens ? Qu’est-ce qu’ils ressentent dans l’eau au moment d’être baptisés par Jean ?

Maintenant, imagine Jésus qui est là parmi eux, pas différent d’eux, il attend son tour… il te regarde et t’invite à venir toi aussi dans la file pour être baptisé par Jean parce qu’il sait que toi aussi tu as très envie de produire des fruits d’amour… vas-y… imagine…


    v. 21 «Jésus priait»

Que fait Jésus après avoir été baptisé ? Il prie… qui prie-t-il ? Dieu, son Père. Jésus est toujours en contact avec son Père. Qu’est-ce qu’il lui dit à votre avis ? Peut-être qu’il lui parle de tous ces gens qui veulent être bons dans leur cœur ? Peut-être qu’il demande à son Père de les aider à être bons ? Sans doute que lui-même dit à son Père qu’il veut faire le bien, qu’il veut produire beaucoup de fruits d’amour, qu’il veut faire sa volonté…

Ferme les yeux et imagine Jésus en train de prier le Père… imagine ce qu’il lui dit… Jésus te regarde et t’invite à venir à côté de lui pour prier le Père toi aussi… vas-y… imagine ce que tu dis toi au Père…


    v. 22 Le Père répond à la prière du Fils

Que se passe-t-il au moment où Jésus prie ? Le ciel s’ouvre, une colombe qui symbolise l’Esprit Saint, l’Esprit de Dieu, descend sur Jésus et une voix se fait entendre qui dit ««Toi, tu es mon Fils bien-aimé; en toi, je trouve ma joie» ou «en toi j'ai mis toute mon affection». Le Père reconnait ouvertement que Jésus est son Fils et qu’il l’aime et qu’il est empli de joie d’avoir un Fils comme Jésus. L’Esprit Saint est ce flot d’amour et de joie qui circule entre Jésus et son Père et tout cet amour, toute cette joie nous sont également destinés, c’est pour cela que Jésus est devenu homme, pour nous montrer à quel point Dieu nous aime, Il est aussi un Père pour nous et il est très heureux de nous avoir pour enfants. En devenant homme, Jésus veut nous faire entrer dans cet amour, dans cette joie, dans cette filiation, il veut que Dieu soit aussi notre Père.

Nous allons fermer les yeux et imaginer le ciel qui s’ouvre et ce flot d’amour qui circule entre Jésus et son Père… imagine que ce flot s’étend et vient t’englober… à toi aussi le Père dit «tu es mon enfant bien-aimé, en toi je trouve ma joie, en toi j’ai mis toute mon affection».



Colloque

Allons sur le tapis, la terre sacrée, tout près de Dieu, pour le rencontrer dans le silence. Jésus est à côté de toi et il te propose de le suivre pour produire beaucoup de fruits d’amour. Le Père et son Esprit d’amour sont là aussi pour t’accompagner, ils ont confiance en toi. Avec tes mots à toi, dans le silence de ton cœur, dis merci à Dieu pour tout cet amour, toute cette confiance en toi et dis-lui ton désir de devenir chaque jour meilleur, dis-lui en secret un fruit d’amour que tu vas essayer de produire maintenant. 


Pour terminer, on prie le Notre Père.